Les origines du groupe Pictet

L’histoire de Pictet débute officiellement le 23 juillet 1805 à Genève. Ce jour-là, deux jeunes gens, Jacob-Michel-François de Candolle et Jacques-Henry Mallet, signent avec trois commanditaires une «scripte de société» pour fonder De Candolle, Mallet & Cie.

Acte de fondation original de Pictet, signé le 23 juillet 1805

Scripte de société Acte de fondation original de Pictet

Annexée à la France sous le Directoire, Genève est depuis 1798 le chef-lieu du département du Léman. Les guerres et les blocus ont interrompu l’exportation de la production horlogère, l’un des atouts de la ville. Le non-remboursement des dettes héritées de l’Ancien Régime a en outre provoqué la ruine de nombreuses banques.

Genève a cependant conservé son esprit d’entreprise, insufflé par les vertus de travail et de discipline chères à la doctrine calviniste, et exalté par l’optimisme propre au siècle des Lumières. Le recul de l’inflation qui a sévi après la Révolution française favorise un nouveau type de partenariat financier, qui donnera naissance aux banquiers privés.

Dotée d’un capital de 125'000 livres argent de Genève, la première forme de Pictet a pour but, selon ses statuts, «le commerce de commissions en tout genre, la perception de rentes et les spéculations diverses en marchandises». Elle abandonnera toutefois rapidement ces activités pour se tourner vers les opérations de change et la gestion de fortune.

Dès les années 1830, la banque détient pour le compte de sa clientèle une gamme de titres assurant une diversification satisfaisante des risques, comme l’attestent les livres comptables et les documents conservés à ce jour.

Lorsque Jacob-Michel-François de Candolle décède, en 1841, c’est Edouard Pictet, neveu de son épouse, qui lui succède. Après être devenu seul associé en 1848, ce dernier restera à la tête de la banque jusqu’à son retrait des affaires, en 1878.

Complément d'information

En savoir plus sur les deux siècles d'histoire de Pictet.