Notre démarche environnementale découle à la fois de notre sens des responsabilités et de la conscience que nos activités ont un impact environnemental et que nous avons le devoir de réduire autant que possible leurs effets.

Préserver l’environnement Des mesures énergiques visant à réduire la consommation de plastique chez Pictet

Un an pour éliminer le plastique

La pollution par le plastique constitue l’un des problèmes environnementaux majeurs de notre époque. D’immenses plaques de déchets, principalement formées par des débris de plastique en suspension, s’étendent à la surface des océans. Ces décharges flottantes asphyxient la vie marine et provoquent la dégradation de grandes portions de littoral.

En 2017, près de 1,5 tonne de chemises en plastique et plus de 2 tonnes de gobelets et couvercles jetables ont été utilisés chez Pictet.

Ce bilan a conduit, à l’initiative des associés, à la définition d’un objectif ambitieux pour l’ensemble du Groupe: diminuer de 75% la consommation de plastique jetable ou à usage unique d’ici fin 2018, avant d’aller plus loin en la réduisant à zéro d’ici juin 2019.

Mesures prises pour y parvenir

La mise en place de solutions plus respectueuses de l’environnement a suivi l’identification des deux sources principales de déchets plastique, les restaurants d’entreprise et les fournitures de bureau.

Dans les restaurants et les cafétérias, les objets à usage unique ont été soit supprimés, comme les pailles, soit remplacés par une version biodégradable. A l’économat, les stylos, classeurs, surligneurs, chemises et autres articles ont fait place à leurs équivalents exempts de plastique. 

Lancées à Genève en juin 2018, ces actions seront déployées au fil des mois dans les autres bureaux du Groupe.

Consultez le site mega pour en savoir plus sur les bioplastiques

Objectif de réduction CO2

Attentifs à l’incidence de nos activités sur l’environnement, nous avons pris des mesures visant à réduire de manière importante l’empreinte carbone par collaborateur du Groupe. Lors de la conception du siège de Pictet à Genève, tout a été pensé pour limiter au maximum l’impact environnemental du bâtiment.

Réduction de l’empreinte carbone par collaborateur de 40% d’ici à 2020

En 2007, dans le cadre d’une stratégie environnementale nouvellement définie, nous avons commencé à mesurer les émissions de CO2 du Groupe, en nous fixant un objectif ambitieux: réduire de 40% l’empreinte carbone moyenne par collaborateur d’ici à 2020.

Emissions de carbone

Les déplacements professionnels et la consommation énergétique des bâtiments représentent plus de 90% des émissions du Groupe.

 

Que faisons-nous pour réduire notre empreinte carbone?

Moins de déplacements professionnels grâce à la visioconférence

En 2016, le système de visioconférence de Pictet a été étendu de 40%, avec l’installation de 66 équipements supplémentaires. Ce développement a porté à 231 le nombre de salles de réunion dotées d’un dispositif de visioconférence.

Utilisation de la visioconférence

Les équipements de visioconférence ont été utilisés pendant 52'255 heures au total en 2016. Ce chiffre démontre que la mise à disposition d’équipements supplémentaires incite les collaborateurs à recourir davantage à ce moyen de communication.

2012 16'182 heures
2013 24'167 heures
2014 29'365 heures
2015 41'111 heures
2016 52'255 heures

Amélioration de l’efficience énergétique du siège de Pictet

Climatisation solaire, récupération de chaleur, panneaux solaires photovoltaïque: trois installations principales contribuent à augmenter l’efficience énergétique du bâtiment, en permettant d’éviter les rejets de CO2, de réduire la consommation de mazout et de produire de l’électricité.

En 2016, les 330 m² de panneaux solaires photovoltaïques installés sur le toit du siège de Pictet depuis 2008 ont produit 40'200 kWh d’électricité verte, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 10 ménages.

Promotion de la mobilité électrique

Pictet encourage la mobilité électrique de différentes manières. Plusieurs bornes de recharge sont à disposition des collaborateurs pour leur voiture ou vélo électrique. Ces bornes sont alimentées en électricité verte, produite grâce aux panneaux solaires photovoltaïques supplémentaires placés sur le toit du bâtiment principal.

A Genève, depuis trois ans, des vélos électriques sont mis gratuitement à disposition des collaborateurs d’avril à mi-novembre, afin de promouvoir l’utilisation de moyens de transport non polluants.

En 2017, 545 collaborateurs ont emprunté ces vélos électriques, avec lesquels ils ont parcouru au total 26'620 km, évitant ainsi l’émission de 10,8 tonnes de CO2.

Compensation des émissions de carbone par le financement de projets liés aux énergies propres

Les différents projets financés par Pictet ont permis de compenser 70'000 tonnes de CO2 et de parvenir à un bilan carbone neutre pour la période 2014-2020.
 

Prochaines étapes

Depuis une dizaine d’années, nous mettons tout en œuvre pour atteindre notre objectif en matière de CO2 et nos efforts ont donné jusqu’à présent de bons résultats. Le temps est venu de réfléchir à l’après-2020 et d’élargir notre champ d’action.

Il nous faut désormais nous pencher sur notre consommation de matières et de ressources, qu’il s’agit de réduire fortement. Dans ce but, nous réfléchissons à de nouvelles mesures à mettre en œuvre au sein des différentes entités du Groupe, en Suisse et à l’étranger.

Plan d’action

Sensibiliser les collaborateurs

La sensibilisation des collaborateurs aux enjeux environnementaux ainsi qu’aux actions engagées par Pictet fait depuis longtemps partie de notre démarche.

Nous organisons chaque année une semaine du développement durable («Sustainability Week») à laquelle sont associés l’ensemble des bureaux du Groupe. La manifestation a pour but d’inciter les collaborateurs à faire davantage attention à leurs habitudes de consommation et de les informer sur la façon dont les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont pris en compte chez Pictet. Cet événement permet de rassembler plusieurs centaines de collaborateurs à travers le monde qui peuvent, par exemple, découvrir la faune et la flore locales, participer à des excursions en e-bike ou visiter les installations utilisées par Pictet pour réduire son empreinte carbone et générer sa propre énergie.

En 2018, des ruches et leurs colonies comptant 50’000 abeilles ont été installées sur le toit de notre siège de Genève. Plus d’une trentaine de collaborateurs s’occupent du rucher, récoltent le miel et s’initient à l’apiculture. Par cette initiative et la production de miel, nous souhaitons sensibiliser les collaborateurs au déclin des populations d’abeilles et à la menace que ce problème fait peser sur la biodiversité.

Améliorer l’efficience énergétique

Nous voulons impliquer davantage nos bureaux à l’étranger, analyser notre consommation globale et mobiliser plus encore chaque collaborateur.

Un premier bilan a mis en évidence la nécessité de cibler nos succursales en Asie et à Nassau, où des progrès considérables peuvent être réalisés.

Il convient de déterminer et d’analyser précisément les domaines sur lesquels concentrer nos actions, avant de nous fixer de nouveaux objectifs et de lancer de nouveaux projets. Dans ce cadre, nous menons une réflexion sur ce que nous appelons notre démarche environnementale 2.0.

Les initiatives sont encore très peu nombreuses dans le domaine des transports et nous étudions différentes options pour combler cette lacune. Un groupe de travail composé de 13 personnes, issues de l’ensemble du Groupe, a d’ailleurs été créé dans le but de faire progresser la mise en œuvre de notre démarche environnementale au sein de nos succursales à l’étranger.

Repenser notre chaîne de consommation

Notre bilan carbone s’inscrit dans une problématique plus large, notre mode de consommation, qui doit devenir plus durable.

A cette fin, nous devons soumettre toute la chaîne de consommation du Groupe à un examen englobant nos fournisseurs et leurs pratiques, ainsi que le tri et le recyclage des fournitures et des équipements, et notamment du matériel informatique.

Cette vaste tâche, qui nécessite un important travail d’inventaire et d’analyse, doit nous permettre de définir des objectifs ambitieux mais réalistes, avant de lancer de nouvelles initiatives visant à améliorer notre environnement.