En Suisse

Nos programmes de formation*, qui mènent à un certificat fédéral de capacité (CFC), diplôme reconnu par la Confédération suisse sanctionnant une formation professionnelle initiale, vous permettent de vous former à un métier. Ces programmes pourront ensuite ouvrir la voie à une formation supérieure.

Pictet a reçu en 2015 le prix de la meilleure entreprise formatrice dans la catégorie «Grandes entreprises» pour la qualité de sa formation.

*Proposés uniquement en Suisse

Nos programmes

Apprentissage bancaire

Un tremplin vers le monde du travail

Vous venez d’achever votre scolarité obligatoire avec d’excellents résultats, vous possédez de bonnes connaissances en anglais et vous aimeriez découvrir le monde de la finance? Alors pourquoi ne pas postuler pour un apprentissage bancaire?

Des formateurs certifiés vous encadreront tout au long de votre formation. Ils vous transmettront les connaissances essentielles en respectant les exigences de qualité les plus élevées et vous feront bénéficier dès le premier jour d’un suivi adapté. De plus, ils évalueront régulièrement vos compétences professionnelles, sociales et personnelles afin d’accompagner votre progression et de favoriser votre réussite.

Caractéristiques de la formation

Durée

36 mois

Structure

7 stages au sein de la division Technology & Operations, avec la possibilité d’effectuer également des stages dans les secteurs du trading et de la gestion de fortune

Intervenants

Cours dispensés conjointement par l’école de commerce, l’entreprise et le CYP (Challenge Your Potential) pour les matières bancaires

Recrutement

Possibilité de postuler chaque année dès le mois de décembre

Début de la formation

Le 1er août de chaque année

Titre délivré

Certificat fédéral de capacité d’employé/e de commerce

 

Les engagements pour l'année 2020 sont terminés.
La prochaine campagne de recrutement commencera en janvier 2021.

Maturité professionnelle commerciale

La voie vers une formation supérieure

Vous suivez la filière de la maturité professionnelle à l’école de commerce? Vous avez d’excellentes notes et un intérêt marqué pour le monde bancaire? Vous envisagez à plus long terme d’entreprendre des études supérieures (HES ou université)? Dans ce cas, la maturité professionnelle est faite pour vous.

Tout au long de votre formation, vous travaillerez aux côtés de spécialistes confirmés, qui vous transmettront leurs connaissances, et vous assumerez vos premières responsabilités professionnelles.

Caractéristiques de la formation

Durée

24 mois

Lieux

Siège de Pictet à Genève et CYP (Challenge Your Potential)

Titres délivrés

  • Certificat fédéral de capacité d’employé/e de commerce
  • Maturité professionnelle commerciale
  • Certificat de l’Association suisse des banquiers (ASB)

Recrutement

Possibilité de postuler tous les deux ans, dès le mois de décembre

Début de la formation

Le 1er septembre de chaque année

 

La campagne de recrutement est ouverte, n’hésitez pas à postuler!

Haute école de gestion (en emploi) - Programme Junior Tech&Ops

Elargissez votre horizon grâce à une formation supérieure

Vous avez obtenu une maturité professionnelle commerciale et souhaitez entamer une formation supérieure, tout en travaillant dans le secteur bancaire? Le programme Junior Tech&Ops vous permettra de développer les compétences professionnelles qui vous seront utiles pour aborder les prochaines étapes de votre parcours.

Caractéristiques de la formation

Durée

4 ans

Structure

6 stages dans différents domaines d’activité de Pictet Asset Services: opérations, administration de fonds, comptabilité, gérants indépendants et middle office

Lieux

Haute école de gestion et siège de Pictet (contrat de travail à 60%) à Genève

Titre délivré

Bachelor of Science HES-SO en économie d’entreprise

Début de la formation

Le 1er septembre de chaque année

Recrutement

La campagne de recrutement ouvrira début mars 2020.

Témoignages

Du social à la finance

Après une expérience professionnelle dans le secteur social, Sara décide de se réorienter. C’est son désir de mieux comprendre les enjeux économiques que connaît notre monde qui la pousse à entamer un apprentissage bancaire.

Sara Ouarchiffani

Après deux ans, est-ce que l’apprentissage répond à tes attentes?

C’est une chance pour moi! Aujourd’hui, ma compréhension de la banque et ma lecture du monde économique sont plus riches qu’auparavant. Je comprends mieux l’impact des évènements politiques, comme le Brexit, sur la bourse. Les personnes que je rencontre m’apportent aussi beaucoup. Chez Pictet, les apprentis de deuxième année sont les parrains de ceux de première année. Cela crée des liens et permet de se soutenir. 

As-tu fais le bon choix en changeant de voie?

Oui, c’est une réelle satisfaction. Je suis très bien encadrée: je suis en effet accompagnée avec une offre de formation élargie en complément aux formations «obligatoires», comme la gestion du temps et des priorités. La matière bancaire m’intéresse vraiment et depuis que je suis chez Pictet, je peux faire des liens concrets avec mon expérience sur le terrain. 

Comment vois-tu ton avenir professionnel?

Je le vois chez Pictet, aux Opérations! Pour que le Front Office fonctionne, les processus doivent être efficaces. C’est la recherche de processus efficients qui m’intéresse. Au final, tous les employés ont le même but: la satisfaction des clients. Pour cela, des opérations bancaires traitées correctement et sans erreur sont fondamentales.

Quelles sont les qualités requises pour réussir son apprentissage?

- Etre structuré et organisé: entre l’école, le travail en entreprise et les cours, il faut savoir jongler avec les priorités. 

- La curiosité: chercher à comprendre ce que l’on fait et ne pas faire les choses sans réfléchir.

- Le respect: les collègues nous considèrent comme des collaborateurs et il est important de se comporter de la même manière avec eux. 

- La patience: la route peut paraître longue avant l’obtention du diplôme, mais l’investissement vaut la peine.  

Un conseil pour les futurs apprentis bancaires?

Avant de faire un apprentissage, il faut se renseigner sur le domaine et rencontrer des personnes qui travaillent dans une banque afin d’identifier si cette voie nous correspond. Si possible, faire un stage de courte durée permet de voir si ce domaine et l’environnement nous plaisent.

La force de la pratique et du réseau

«Avant de rejoindre Pictet, j’hésitais entre un apprentissage en informatique et le collège. J’ai d’abord choisi le collège,  mais ai rapidement réalisé que ce n’était pas pour moi. Il n’y avait aucune possibilité de mettre directement en pratique la matière étudiée. Je me suis donc naturellement tourné vers l’apprentissage.»

Loic est aujourd’hui en troisième année d’apprentissage bancaire.

Pourquoi avoir choisi le secteur bancaire?

Comme j’adore l’informatique, c’était d’abord l’informatique pour moi, et ensuite la banque. En arrivant chez Pictet, j’ai découvert que ce que j’aime dans l’informatique, je le retrouve aussi à la banque. Dans les deux domaines, il faut analyser des données, évaluer des situations, faire des propositions et trouver des solutions qui répondent aux besoins de l’utilisateur, du business ou du client.

Pourquoi avoir choisi de rejoindre Pictet alors que vous aviez aussi une offre d’une autre banque?

J’ai choisi Pictet car le programme d’apprentissage proposé me semblait plus complet et plus personnalisé, notamment du fait qu’il y a moins d’apprentis que dans d’autres établissements beaucoup plus grands.

Parle-nous de ce programme

En trois ans, l’apprenti passe dans sept services. Pour ma part, j’ai d’abord été quatre mois à la caisse, puis quatre mois à la conservation et quatre mois aux virements. En deuxième année, j’ai intégré l’équipe de messagerie interbancaire durant six mois, et passé le deuxième semestre aux fonds de placement. Je suis maintenant pour cinq mois à la fiscalité et, pour terminer, je passerai sept mois au trading. C’est au service des fonds de placement que j’ai préféré travailler, pour l’instant. C’est très technique et j’aime ça. Mais j’ai hâte de passer au trading, et je me verrais bien trader plus tard.

Quelle a été ta plus grande crainte en arrivant chez Pictet?

Rejoindre Pictet à 15 ans et savoir que l’on va côtoyer des professionnels de 40-50 ans était assez intimidant. On part de rien et on a tout à construire: ses compétences, son réseau, sa réputation et il faut gagner la confiance des formateurs et s’adapter à chacun d’entre eux.

Comment t’y es-tu pris?

J’ai posé des questions. Même celles qui semblaient bêtes. Et je me suis rendu compte que malgré leur expertise et leur expérience, les collègues étaient toujours contents qu’on leur demande conseil, et qu’ils étaient heureux de pouvoir contribuer au développement de jeunes apprentis comme moi. 

Quelles compétences as-tu acquises?

L’organisation et la proactivité sans aucun doute. Mais surtout, l’apprentissage de mes erreurs. Chacun a droit à l’erreur. Mais il faut toujours en tirer une leçon, un bénéfice. Ce qui me motive maintenant, c’est de comprendre pourquoi quelque chose n’a pas fonctionné, et de trouver une meilleure manière d’aborder le problème la prochaine fois. Lors de mon passage aux fonds de placements, j’ai dû changer de manière de réfléchir. Auparavant, je cherchais des solutions à des problèmes donnés. Dans cette équipe, il s’agit au contraire de les anticiper et d’y apporter des solutions avant même qu’ils ne surviennent.

Un conseil pour se préparer à un entretien de recrutement?

Il faut non seulement bien s’informer sur le secteur, mais aussi et surtout sur l’entreprise. On peut déjà beaucoup en apprendre en consultant son site web: l’organisation, l’histoire et même parfois des détails sur la philosophie et la culture d’entreprise peuvent être décelés. Si on est bien préparé, qu’on arrive à montrer qu’on est motivé, qu’on sait à qui on soumet sa candidature et qu’on arrive à ne pas trop montrer son stress, il n’y a pas de raison que l’entretien se passe mal. Et il faut surtout se rappeler que c’est en premier lieu un échange avec une personne qui veut apprendre à vous connaître!

Comment résumerais-tu l’apprentissage?

Je me sens vraiment bien. C‘est beaucoup de travail, mais le potentiel d’évolution est très motivant. Tout se résume aussi aux rencontres: on tisse des liens avec des étudiants à l’école, avec des collègues chez Pictet… C’est fou le réseau que j’ai aujourd’hui grâce à l’apprentissage, alors que je n’ai que 18 ans.