3e Pilier A

Créée le 1er décembre 1990, la Fondation Pictet en faveur de la prévoyance individuelle (3e Pilier A) vous permet de constituer un capital de prévoyance complémentaire, tout en bénéficiant des avantages fiscaux accordés aux comptes de prévoyance individuelle liée (3e pilier).

Grâce à une approche d’investissement rigoureuse et à une gestion professionnelle exploitant l’ensemble des possibilités autorisées par la législation suisse, la fondation s’efforce d’accroître votre capital de prévoyance.

Elle permet une gestion globale de l’ensemble des avoirs de prévoyance individuelle liée et présente les avantages suivants:

  • des frais réduits
  • une plus grande possibilité de diversification (montants à disposition plus élevés) et par conséquent
  • une réduction du risque global.

Par ailleurs, vous pouvez décider librement du montant et de la fréquence de vos versements. Si vous optez pour un versement fixe régulier, vous pouvez bénéficier de la méthode dite du prix moyen: lorsque la valeur d’une part est basse, un plus grand nombre de parts peut être acquis; lorsqu’elle est élevée, ce nombre diminue. En fonction du comportement des marchés, vous pouvez ainsi optimiser le coût moyen de vos investissements.

A qui s’adresse un compte de 3e Pilier A?

  • A toutes les personnes imposées en Suisse dont le revenu provient d’une activité lucrative, dépendante ou indépendante, et qui sont soumises aux assurances sociales AVS/AI
  • Aux personnes souhaitant améliorer la planification financière de leur retraite
  • Aux contribuables désireux de profiter des avantages fiscaux accordés par la Confédération et les cantons
  • Aux personnes cotisant déjà à un compte ou à une police de prévoyance liée (3e Pilier A), mais en deçà des limites légales
  • Aux preneurs de prévoyance disposant déjà d’un compte de prévoyance liée (3e Pilier A) et souhaitant transférer leur avoir vers un autre compte de prévoyance.

Les avantages fiscaux du 3e Pilier A

Les versements sur des comptes de prévoyance liée (3e Pilier A) peuvent être déduits du revenu imposable, selon les modalités fixées par l’art. 7 OPP3. Déterminées par le Conseil fédéral, les contributions légales maximales augmentent régulièrement en fonction de l’inflation.

Tous les revenus sont exonérés de l’impôt sur le revenu et ne sont soumis à l’impôt anticipé ni par la Confédération ni par les cantons, et ce jusqu’au versement du capital. En outre, aucun impôt sur la fortune n’est prélevé sur le capital jusqu’au retrait de celui-ci.

En cas de retrait des avoirs ou en cas de décès, la Confédération et les cantons imposent les prestations en capital en qualité de revenu, en règle générale séparément des autres revenus, à un taux spécial ou au taux de la rente.

Toutefois, dans certains cantons, les prestations en capital versées à certains bénéficiaires sont soumises à l’impôt sur les successions, en lieu et place de l’impôt sur le revenu. Elles peuvent également être soumises à l’impôt sur les successions, en sus de l’impôt sur le revenu.